E-commerce blog

Le blog francophone du e-commerce

Olivier Le Floch : « 40 sites de ventes flash auront fermé d’ici la fin de l’année »

Par admin • 8 juil, 2008 • Catégorie: Interview

Interview d’Olivier Le Floch, co-fondateur d’AchatVIP, qui revient sur les raisons du succès des ventes privées et celles de son site en particulier, n°2 en audience, mais aussi ses points faibles -le service après-ventes -, et l’avenir du marché.

La vente flash ou événementielle sur la Toile, c’est la promesse d’acheter des produits de marque (prêt-à-porter, cosmétiques, sportswear…) en bénéficiant de rabais allant de 40% à 70% du prix magasin. L’astuce ? Il s’agit de produits déstockés et sortis des circuits de distribution. En trois ans, AchatVIP s’est hissé au deuxième rang français derrière le pionnier, Vente-Privée. Le site revendique aujourd’hui 2,7 millions de membres qui sont régulièrement avertis par email des opérations en cours. Résultat, entre 3000 et 3500 internautes s’inscrivent tous les mois. Et l’audience oscille entre 1,8 et 2,2 millions de visiteurs uniques/mois. AchatVIP a enregistré une croissance organique de 83% au premier semestre 2008 par rapport à la même période, en 2007. « Nous n’avons pas le droit de nous plaindre », avoue Olivier Le Floch, l’un des présidents et fondateurs d’AchatVIP.

Quelles sont les raisons d’être des ventes événementielles ?
En règle générale, les marques ont entre 6% et 8% de surproduction, de surstock. Nous leur offrons la possibilité d’écouler ces produits de façon loyale vis-à-vis de leurs réseaux de distributeurs. La marge que nous prenons sur les ventes constitue notre chiffre d’affaires. Nous travaillons en direct avec elles et de façon contractuelle. Ces opérations de déstockage sont un moyen pratique de créer de la liquidité. En fait, pour les marques, les ventes flash sont à la fois une opération marketing qui ne coûte rien et un relais de croissance significatif. D’ailleurs, mauvaise météo et conjoncture difficile obligent, certaines d’entre elles sont déjà programmées pour le printemps 2009 !

La notion de collection est-elle prise en compte ?
Certaines gammes de produits sont intemporelles et peuvent s’étaler sur 4, 5 ou 10 ans. C’est le cas de l’horlogerie. Nous ne distribuons pas ces produits, car la marque n’a pas envie de perturber son réseau de distribution. Notre idée est de venir prendre des produits qui sont sortis du réseau pour les proposer dans le cadre de ventes événementielles. Certes, un article ne sera plus nécessairement à la mode au moment de cette vente, mais le client peut néanmoins être intéressé par l’achat d’un produit de marque. Par ailleurs, nous pouvons également proposer des produits dans le cadre d’ « avant-premières » : les articles sont alors vendus au même prix que dans le réseau physique. Le mois dernier, vous testiez pour la première fois la vente flash de véhicules d’occasion.

Quel bilan faites-vous de cette opération ?
Quatre concessionnaires franciliens du groupe Peugeot s’étaient groupés pour proposer une offre portant sur près d’une centaine de véhicules s’échelonnant de la 307 CC à la 807 en passant par la 407 ou le 4×4 4007. L’opération s’est soldée par 19 ventes. Un résultat modeste obtenu dans un contexte de tassement du marché. Peugeot s’estime satisfait, même si certains points doivent être améliorés, notamment les photos de présentation. Une autre opération avec un constructeur est prévue d’ici à fin de cette année. Nous considérons également le marché du 2 roues, motos et scooters. Là aussi, nous sommes en discussion.

Sur la Toile, certains forums de discussion laissent apparaître des témoignages de clients mécontents : délais de livraison ou de remboursement, articles manquants… Comment expliquez-vous ces dérapages ?
Effectivement. En fin d’année dernière, deux événements - un déménagement et une forte hausse des commandes pour les fêtes de fin d’année - ont provoqué d’importants retards de livraisons. Nous n’avons pas été capables d’assumer toutes les demandes du service client. Mais ce dérapage ne concernait que 200 commandes sur quelque 110.000 factures enregistrées sur la période. Nous nous en sommes expliqués auprès de nos clients. Certains ont été remboursés, d’autres ont reçu des bons d’achat. Chaque mois, entre 70.000 et 90.000 colis partent de nos entrepôts. Un colis égaré, cela peut arriver, mais nous sommes les premiers à faire notre mea culpa.

Comment votre marché peut-il évoluer, selon vous ?
Il y a environ 80 sites de ventes flash dans l’hexagone. Quarante auront fermé à la fin de cette année, soit en raison d’un positionnement inadéquat, soit en raison des risques liés au marché parallèle ou à la contrefaçon. Le respect de la marque est primordial si l’on veut mettre en place des actions pérennes. Au cours des 3 dernières années, nous avons réalisé 650 ventes, et nous n’avons jamais été assignés en justice.

Source : l’expansion

Partager: Ces icones representent les sites de bookmarking social dans lesquels vos lecteurs peuvent partager et faire découvrir vos pages.
  • del.icio.us
  • blinkbits
  • BlogMemes Fr
  • Conseils Createur
  • DiggFR.com
  • Digg France
  • Le Ouizz
  • MisterWong Fr
  • Tapemoi

admin est Renaud Devaliere, consultant spécialiste dans le e-commerce.
Email à cet auteur | Tous les Articles par admin

Laisser un Commentaire